11/05/2010

Goma

En longeant le lac Kivu, Michel me confiait son projet de s’installer un jour dans cette région lorsque l’âge de la retraite serait venu et d’y créer une exploitation. C’était son rêve.. mais on n’y était pas encore…

Et puisqu’on était au bord du lac, nous nous sommes arrêtés pour escalader la pente d’une ancienne coulée de lave pétrifiée: la plaine de Saké. Nous avons foulé un sol désertique, noir, glissant, dur et fissuré... un lieu lunaire. Ci et là, une végétation qui n’avait rien à voir avec celle rencontrée jusqu’alors : fougères, cactées… Peut-être que c’était ainsi le début du début du monde ? En tout cas, on ne s’y est pas attardés.

Nous avons repris définitivement notre route vers Goma où nous attendaient nos amis les Charlier. Quel plaisir de se revoir, de se raconter plein de choses et de s'échanger des nouvelles après un an et demi de séparation.

Les Charlier  - avec leur belle famille de 5 enfants - étaient logés dans une grande maison, (à étage… rareté) et disposaient de nombreuses et spacieuses chambres. C’est donc sans hésitation que nous avions accepté leur invitation.

Leurs enfants, plus âgés, étaient tout excités de jouer avec Monique qui a partagé une de leurs chambres. Elle répétait les mots et les gestes, on lui apprenait plein de facéties ce qui a bien sûr provoqué des chahuts et des rires. On n’existait plus pour elle, elle s’amusait comme une petite folle, était gâtée-pourrie, apprenait plein de choses nouvelles, découvrait de nouveaux jeux. Je reconnais volontiers que cette situation m’a un peu déchargé de la surveillance d’une enfant turbulente et pouvais me consacrer un peu plus à son frère Marc.

 

Les commentaires sont fermés.