29/03/2010

Kayuyu - suite

Pendant que les hommes étaient au travail, je passais la journée chez madame Chêne où j’apprenais pas mal de choses quant à l’organisation et la surveillance de la lessive par exemple, de l’entretien, de la cuisine…. et nous passions de bien agréables soirées.

C’est encore à Mabikwa que nous avons passé la fête de Noël cette année-là, en même temps que les Preat et Dutilleux. Vraiment une belle fête de Noël organisée comme en Belgique.

Pour la première fois, Monique a fait connaissance de l’arbre de Noël et des cadeaux. Nos familles avaient envoyé des jouets et Michel, à l’aide de bois de caisse d’emballage, avait fabriqué pour elle un chariot qu’elle tirait avec peu de conviction dans le jardin, à la déception de son père.

En fait, Monique ne s’intéressait pas tellement à la ravissante poupée qu’elle avait reçue de grand-maman. Dès qu’elle l’a eue en mains, elle s’est empressé de plonger les doigts dans les yeux et nous l’avons définitivement rangée sur une étagère. Par contre, elle s’intéressait beaucoup aux petites voitures Dinkie Toys !

MonicDe toute façon ce qui l’attirait vraiment, c’était de faire comme papa, comme maman, comme le boy… elle était vive à attraper tout ce qui passait à sa hauteur. Lorsque je cousais, je la laissais « ranger » ma boîte à ouvrage. Lorsque Michel était occupé à quelque bricolage, elle était accroupie à côté de lui en posant des questions, donnant les réponses… et chipotait dans son coffre à outils. C’était parfois fatiguant, il fallait avoir l’œil, les objets disparaissaient sans qu’on l’ait vu. On retrouvait ses « jouets » dans le berceau de Marc (c’était gentil quand même). Un jour, j’ai vu à temps qu’elle lui fourrait un biscuit en bouche… Elle s’est même emparé d’un rasoir qu’un visiteur avait laissé en vue et s’est rasé bras et jambes… !

Marc biberonEt Marc, comment évolue-t-il ? C’est un bébé très facile, il pousse comme un chou. Après l’épisode de Kowé, il n’a plus eu de problème, il n’aime pas trop le biberon, même amélioré, aussi est-il rapidement mis à l’alimentation solide.

Curieux de tout, il est très intéressé par ce qui l’entoure. Je me suis rendue compte que les jouets ne l’intéressaient pas, différents hochets et peluches se trouvant régulièrement poussés des pieds jusqu’au fond du berceau. Son lit, bien protégé d’une moustiquaire, était poussé près de la fenêtre ou encore mieux, au jardin sous un arbre où il pouvait suivre des yeux le mouvement des branches.

Les commentaires sont fermés.