20/10/2009

Escapade de noces

Georgette et Eugène étaient pour moi déjà des coloniaux chevronnés: ils avaient 12 ans de Congo, avaient construit leur maison, et étaient parents de 3 enfants, Claire, Anne Jacques et un quatrième étant attendu pour le mois de juin. Ils étaient encore tous les deux terriblement sous le choc de la perte d'un petit garçon de deux ans et demi, mort d'un accident l'année précédente.

VDW+mamanNous avons été reçus d'une façon charmante. Une des filles nous a cédé sa chambre, nous étions en famille. C'était la première fois que Georgette recevait de la famille chez elle et cela lui faisait un énorme plaisir de pouvoir raconter sa vie, ses débuts, ses expériences... Cela nous faisait un bien fou à toutes les deux de se trouver ensemble, nous nous faisions des confidences. Moi j'étais heureuse d'être un peu gâtée par une cousine plus âgée qui pouvait me donner des conseils. Ma maman me manquait tellement. En fait, nous étions enceintes toutes les deux ce qui nous rapprochait davantage. (Georgette était enseignante à l'internat de jeunes filles de Bukavu).

Michel, lui, tournait en rond. Les bavardages incessants ne l'intéressaient pas tellement et s'il a bien fait l'effort de se rapprocher d'Eugène dans son atelier (il était indépendant et possédait un atelier de réparation de radio et électro ménager), Eugène lui, n'était pas communicatif du tout.

A Bukavu, à part le centre ville bien restreint et le club nautique, il n'y avait pas grand- chose à faire et si on manifestait l'envie d'aller promener, les cousins se faisaient un plaisir de nous emmener nager au lac Kivu. Mais nous, nous avions envie d'être deux et on n'osait pas le dire... Je me souviens avoir été au cinéma voir un film assez osé, condamné par les gens "bien-pensants" et on a dit avoir vu un autre film.

Bukavu lacToujours est-il que lorsque la voiture a été réparée, Michel m'a fait visiter les beaux côtés du lac Kivu ainsi que l'hôtel de "Pointe Claire" où il avait séjourné lors de son passage au début de son terme. On a pris des photos (nos premières photos couleur). Il a voulu prendre le café dans l'unique  pâtisserie de la ville. Le tour était vite fait.

Finalement on a annoncé qu'on allait passer un week-end en amoureux à Usumbura (Ruanda-Burundi). Quel plaisir de rouler sur une route macadamisée, qui serpentait le long de la frontière et passait par une belle chaîne de montagnes. On arrivait à la grande ville d'Usumbura en longeant le lac Tanganyika sur des kilomètres . Dans la ville il y avait des bâtiments à étage !

Nous avons choisi un hôtel où on pouvait loger au premier et où il y avait un téléphone dans la chambre, quel luxe! Finalement pour fêter notre mariage - quand même - nous avons été dîner aux chandelles dans un beau restaurant situé sur les bords du lac. Nous avons même dansé aux sons d'un orchestre. Malheureusement, à peine sortis du restaurant, j'ai rendu mon souper aux poissons ! Michel rigolait disant que c'était bien la peine d'avoir payé aussi cher !

 

Les commentaires sont fermés.