25/08/2009

UN MARIAGE PEU ORDINAIRE

Le dimanche 26 août à midi nous nous sommes présentés à la mission pour saluer les pères qui se sont précipités pour nous féliciter. Lorsqu'on leur a raconté nos aventures, le père Henri nous a dit "Eh bien, nous allons passer à table... Revenez après la sieste, on vous mariera à 4 heures". Et les bans, et les papiers ? Aucune importance....


FP Mariage

Alors, nous avons continué jusqu'au poste-Etat de Punia où les Pirson habitaient au gîte pour le week-end. Ils ne s'attendaient pas à nous voir arriver. Les Pirson étaient le couple qui était en brousse non loin de l'endroit où Michel prospectait. Mme Pirson surveillait de loin la tenue du ménage de Michel . Ils l’invitaient souvent à venir avec eux le week-end à Punia .

Nous-nous sommes donc préparés : repassage des vêtements qui étaient tassés dans les valises depuis plusieurs jours. Michel avait un costume gris clair, moi j'avais le tailleur de lin blanc. Nous avons réveillé l'agent sanitaire (Smagghe) de sa sieste pour lui demander de bien vouloir être mon témoin, les Pirson étant les témoins de Michel.

Je n'avais pas de bouquet de mariée, qu'à cela ne tienne, quelques fleurs blanches cueillies dans le jardin entourées de dentelle en papier pour pâtisserie, et d'un ruban de mercerie, ont fait l'affaire.

Les Pirson sont partis à la mission avant nous, Michel et moi devions passer prendre Mr Robin, de la Symétain, qui avait accepté de faire des photos. En cours de route, le moteur de la voiture s'est mis à hurler comme une sirène, on avait oublié de vérifier le niveau d'eau. On était en panne,quelqu'un est venu à notre secours et c'est en retard que nous sommes arrivés pour notre mariage. Ce fut vite fait, vite bâclé, réduit à une simple bénédiction dans une église vide, forcément. Ensuite nous sommes allés avec nos témoins, boire un verre au club Symétain.

Messe1

Baiser

Bien vite les européens du poste ont appris qu'il y avait eu le mariage de Mr Van Wynsberghe. On voulait nous féliciter et nous offrir un cadeau. Nous avons donc été soumis à la tournée des apéritifs et autres cocktails. J'étais fatiguée et déjà éprouvée par le changement de climat, en route depuis une semaine à rencontrer chaque jour de nouveaux visages. Le soir pour souper nous avons, chez les Pirson, mangé des tartines au jambon.

Ils nous ont laissés pour aller au cinéma à la Symétain et nous, comme deux novices, on ne savait quelle décision prendre... Michel avait réservé une chambre au club Symétain mais nous n'osions pas en prendre possession à 7heures du soir, au vu et au su de tous. Alors, comme des imbéciles, nous les avons rejoints au cinéma et nous nous sommes installés au dernier rang. La tête des Pirson ! D'un bloc , toute l'assistance  s'est retournée pour nous dévisager et j'ai craqué. Je ne sais ce qui m'a pris mais j'ai fait une syncope, on a dû m'évacuer et m'allonger dans une pièce à côté. La fatigue et toutes ces boissons de l'après-midi avaient eu raison de moi!

Finalement, nous avons rejoint la chambre. Elle était moche, peu confortable. Pas de sanitaires, pas d'isolation... On s'est retrouvés tellement démunis devant ce qui nous arrivait. Cela correspondait si peu à ce qu'on avait rêvé que notre nuit de noces ne fut vraiment pas une réussite. On avait hâte d'être chez nous.

Commentaires

Interessant ce que vous avez rédigé! Merci

Écrit par : Dan | 17/12/2014

Les commentaires sont fermés.