28/02/2009

Mardi 29 février '56

Rochez manifeste une curiosité (exagérée à mon sens) à voir les villages Babemo. La route carrossable n'y arrive pas encore et - ayant laissé la jeep à Kanyama - on se tape par monts et par vaux les 5 km qui mènent à Bukiru. Je ne situe guère l'importance de cette "promenade". N'essayons pas de pénétrer dans le secret des dieux... Pour revenir on prend un raccourci de 6 km par la route! A l'aller de ce matin, on a déjà 5 km dans les jambes et ce à l'allure "rochezienne" (connue dans tout le Paysanat...). Il est près de 11h, le soleil est bien bien haut, il n'y a pas un grain d'ombre (ce qui est normal pour une route d'ailleurs...)! Crevés mais "instruits", nous rejoindrons le gîte où nous attend la meilleure des épouses....

Ce n'est d'ailleurs pas tout pour aujourd'hui car "l'increvable" Rochez (quand je vous ai dit qu'il avait une tête dure comme un caillou) propose que nous allions voir Beluma. Il propose...il dispose... nous partons. Pas loin d'ailleurs: à Kisala, une voiture est garée sur la pente et nous la voyons de loin avant la descente de la côte qui fait face sur le versant opposé de la petite rivière Bombili.

Cette Studebaker bien connue est celle de V.D.B. en inspection ici avec un "grand" (autant de taille que d'importance) de la Cotonco, un certain Gerney. Le coton - il serait difficile d'en douter - est le but de leur visite. L'accompagnent: V.D.B. et Rommelput (il ne sera jamais venu aussi souvent voir ses champs celui-là). La place des champs de coton dans les lotissements est à l'ordre du jour... et Rochez me suggère de rentrer vite au gîte pour prévenir sa tendre moitié qu'il faut prévoir du chop en conséquence! Je suis bien content de pouvoir reprendre le volant, car depuis son arrivée ici, Rochez en a pris l'exclusivité sauf le soir quand il ne voit rien...

Nous sommes ainsi 6 blancs, dans mon petit gîte. Il n'en manque qu'un, le voici, c'est le Père. Nous sommes 7 à table! Plus tard, j'ai compté qu'en 3 mois de temps, il y a 21 européens différents qui sont "passés à ma table". Ferekeni, plaque tournante du Maniema!

Les commentaires sont fermés.